Aritzakun Le village oublié

Passé quelques dernières fermes dans la cour desquelles des cochons tachés de noir comme des dalmatiens et couverts de boue dorment empilés les uns sur les autres, la piste part au pied des murailles roses d’Ichusi.

La piste longe un joli torrent bouillonant où de nombreux cincles se reposent sur les rochers entre deux plongeons.

Bâties avec de gros blocs de grès rose ou rouge, les bordes (granges) sont parfaitement camouflées dans ce paysage minéral. Elles annoncent le village d’Aritzacun, mélancolique comme tous les villages abandonnés mais aussi énormément attachant avec ses vieilles maisons et son petit fronton tout cabossé ou les rebond des balles sont imprévisible. Sur de grandes pelouses, des familles de vacanciers, semble redonner de la vie au village en jouant à la pelote et en faisant cuire des grillades pour leurs pique-nique sous les arbres.

Les enfants se baignent dans un bassin aménagé au bord du torrent ou l’on devait autrefois laver le linge.

Autrefois dans cette vallée, certains ont trouvé de l’or dans la montagne.

Pour accéder à Aritzakun, il faut prendre la D918 en direction de Saint-Jean-Pied-de-Port. Tourner à droite en direction de Bidarray, franchir aussitôt le pont sur la Nive au bout duquel on tourne à droite. Franchir une petite passerelle et tourner à gauche. Continuer le long du torrent et franchir le pont d’Enfer. À la patte d’oie suivante, prendre la route qui monte à gauche et laisser la voiture sur le parking à son extrémité.

Ensuite, à pied, il faut suivre la petite roudronnée qui descend vers une ferme à droite. Une piste gravillonnée lui succède. Franchir un petit pont. C’est à ce niveau que l’on passe en Espagne. On arrive bientôt à la venta Sumusa.

Continuer sur la piste qui longe bientôt un enclos de pierre et un bosquet de chênes. Franchir un deuxième pont. La piste s’infléchit sur la gauche.

Passer sous deux petites bergeries de grès rose. Continuer le long du torrent. Laisser une piste à droite et en traverser une autre . Passer au-dessus d’une ferme. Laisser une nouvelle piste à droite et continuer vers l’ouest. Descendre vers le ruisseau à l’aplomb d’un pylône électrique. La piste enjambe le torrent. On découvre peu après à droite les premières maison D’Aritzakun. On longe le centre du hameau que l’on va rejoindre en suivant, 100m plus loin, à droite, une piste qui traverse le torrent.

Continuer à droite jusqu’au groupe de maisons central et à l’ancien petit fronton près desquels une halte ou un pique-nique est le bienvenue.

Suivre ensuite le chemin qui passe à gauche du fronton. Quelques centaines de mètres plus loin, on manque de rejoindre la piste de la montée mais l’on continue tout droit le long d’une murette de pierres. C’est un jolie chemin, frais et ombragé, qui permettait autrefois d’accéder à Aritzakun à l’aplomb d’une ferme.

On rejoint un petit pont de pierre que l’on franchit pour retrouver la piste et l’itinéraire de la montée.

L’ancien chemin poursuit se descente en longeant le torrent par la droite mais certains passages au sommet des falaises sont trop aériens et trop broussailleux pour s’y aventurer avec des enfants. Mieux vaut redescendre par la piste.

VN:F [1.9.10_1130]
Note: 2.8/5 (21 votes exprimé(s))

Bienvenue au Pays-Basque ! Ongi Etori !

Au cœur du pays Basque à  Bardos et à 20 kilomètres de l’océan venez dans mon gîte pour découvrir un patrimoine culturel et touristique inoubliable.

 

Iraty

Iraty ce situe au cœur de la plus vaste forêt de Hêtre d’Europe occidentale. Environ 17000 Ha entre la France et l’Espagne.

L’hiver Iraty vous propose son espace nordique avec ces activités comme le ski de fond, raquette à neige  que vous pouvez découvrir sur le site des chalets d’Iraty.

Cette fôret abrite une faune et une flore remarquable qui ne vous laisseras pas indifférent.

Du printemps à l’automne vous pourrez pratiquer des randonnées pédestres , la cueillette des champignons cèpes, girolles…, la pêche ,  jouer au tennis et faire de l’équitation,  en automne  on peut y voir la migration des oiseaux. Comme les fameuses Palombes.

Mais rien ne sert de parler!!! Les images parlent d’elles mêmes.

Voici un condensé des merveilleuses choses que peut vous offrir la faune et la flore de nos montagne Basque.

VN:F [1.9.10_1130]
Note: 0.0/5 (0 votes exprimé(s))

La Rhune (Larrun)

Avec ces 905 mètres d’altitude, la Rhune est le dernier massif Pyrénéen avant l’océan Atlantique.

Reconnaissable à la flèche de l’émetteur qui le coiffe, on peut y admirer une splendide nécropole préhistorique, constituée de 8 cromlechs.

Un cromlech est un monument mégalithique préhistorique constitué par un alignement de monolithes verticaux (menhirs), formant une enceinte de pierres levées, généralement circulaire. Parfois un menhir est placé au centre.

On peut s’y rendre à pied ou par le célèbre “petit train de la Rhune”.

Au sommet, une table d’orientation permet de déchiffrer un superbe panorama.

 

Diaporama

VN:F [1.9.10_1130]
Note: 0.0/5 (0 votes exprimé(s))

Liens utiles

Voici la liste des liens utiles du site:
VN:F [1.9.10_1130]
Note: 0.0/5 (0 votes exprimé(s))

Ainhoa

Ainhoa s’étale sur une longue rue jalonnée d’anciennes maisons qui vivent en parfaite harmonie sans qu’une seule construction moderne ne vienne en rompre le charme.

Les façades les plus anciennes arborent fièrement des inscriptions gravées sur l’ordre des premiers propriétaires.

Sur certaines, on ne voit que l’année de construction de l’immeuble, mais la plus surprenante révèle l’origine du capital qui permit son acquisition.

Elle se trouve sur le linteau de la maison Gorritia, sur la côté est de la rue principale, et son texte se complète par la transcription d’une curieuse coutume selon laquelle la première génération d’héritiers d’une maison ne pouvait s’en défaire sauf en cas de nécessité extrême.

La voie unique est coupée par la place du fronton et l’église Notre Dame. Datée des XVIe-XVIIe siècles, elle est entourée d’un cimetière qui nous dévoile l’art funéraire de cette époque. À l’image des localités voisines, Ainhoa est un centre de rencontre d’artisans qui offre en toute saison au visiteur l’opportunité de fouiner au milieu d’ateliers et de laboratoires colorés.

Les jours fériés, se garer dans la rue principale peut s’avérer une tache compliquée. Il existe un parking à l’arrière du village, sur le côté opposé à l’église, qui peut résoudre en partie ce problème de stationnement.

A partir de ce parking, si on lève les yeux vers la colline qui se dresse au dessus du village, vous apercevrez plusieurs croix blanche. C’est le Calvaire et aussi un mirador situé à 389 mètres d’altitude, auquel on peut accéder par une route jalonnée de 14 croix.

Il suffit de suivre les indications vers l’”oratoire”, la pente peut atteindre environ 15%.

Prés du calvaire se dresse l’ermitage de la vierge d’Ainhoa, auquel les habitants de la région se rendent en procession le lundi de la Pentecôte.

Avec ces mystérieuses stèles discoïdales parsemée ici et là, c’est pour beaucoup un balcon qui invite à faire une halte et à observer le cirque de Xareta et la vallée de l’Errobi (la nive) en compagnie de chevaux en moitié sauvage qui se repose au soleil.

VN:F [1.9.10_1130]
Note: 0.0/5 (0 votes exprimé(s))

Découvrez le pays basque

Le Pays basque est  situé entre l’Océan Atlantique et les Pyrénées.

Ce qui fait de lui un endroit exceptionnel grâce à sa beauté naturelle, son climat tempéré et son exceptionnelle qualité de vie, il attire les visiteurs de tout horizon.

Il y a tout à découvrir au Pays-Basque, les ports, les plages, les rivières et les forêts, les vallées et les montagnes, les villes emblématique comme Biarritz et Bayonne, les villages typique qui sont riche en patrimoine et en architecture.

Vous serez éblouis par la beauté et la diversité des paysages.

L’univers si caractéristique des villages basques avec les frontons, mur à gauche et trinquet,  les églises et ses maisons aux façades à colombages.

Une fresque authentique au couleur du drapeau basque: en vert, rouge et blanc.

Le Pays-Basque vous séduira également au travers de ses traditions, de sa culture et de son identité forte.

Vous vous imprégnerez du folklore basque, de la musique, de l’artisanat (linge basque, poteries, sandales, makilas…), de la pêche à la baleine, de la langue basque.

Amateurs de gastronomie, partez à la rencontre des restaurateurs et des producteurs basques qui vous feront découvrir et déguster les spécialités d’un terroir au savoir faire réputé et reconnu ( fromages de brebis, jambons et charcuteries, foies gras, gâteaux basques, vins, piments…)

Découvrez de nombreuses activités et loisirs. Pour vous divertir et vous amuser, diverses animations culturelles, les fêtes des villages, les casinos…
Et pour prendre un grand bol d’air les sports, l’escalade, le parapente, le VTT, le golf, l’équitation, le rafting, le canyoning, les sports nautiques, la pêche … et bien sûr le surf et la pelote.
Mais aussi les randonnées, le GR10, les chemins de St jacques de Compostelle, le sentier du littoral...