Anglet : Adour, forêt et océan

Anglet, est un petit port de plaisance au bord de l’Adour, puis une forêt de pins traversée par des sentiers de promenade et un parcours vital, qui conduit vers le quartier résidentiel de Chiberta, son lac et son golf.

Enfin,  Anglet, c’est un panorama de 5 Km de plage face à l’océan, qui se termine sur un pont qui donne l’illusion de marcher sur l’eau.

Sur la promenade, à hauteur de la plage de la Madrague, et quand les conditions météorologiques sont favorables, on à la possibilité de voir les côtes espagnoles, le rocher de la Vierge, le phare de Biarritz, et la grotte de la Chambre d’Amour d’Anglet.

Cette grotte est célèbre pour sa légende, qui dit que Laorens et Saubade, amants, s’y retrouvaient, malgré l’opposition du père de la jeune fille, et s’étaient promis de s’aimer jusqu’à la mort… mais l’océan tumultueux les emporta.

En parallèles à la promenade littorale, vous pourraient trouver de nombreuses zones vertes.

Toutes les plages de la côtes basque et Landaises vous offre la possibilité de pratiqué le surf.

Et on trouve de très gros spot comme celui de Belharra où les vagues peuvent atteindre 10 mètres.

VN:F [1.9.10_1130]
Note: 0.0/5 (0 votes exprimé(s))

Ainhoa

Ainhoa s’étale sur une longue rue jalonnée d’anciennes maisons qui vivent en parfaite harmonie sans qu’une seule construction moderne ne vienne en rompre le charme.

Les façades les plus anciennes arborent fièrement des inscriptions gravées sur l’ordre des premiers propriétaires.

Sur certaines, on ne voit que l’année de construction de l’immeuble, mais la plus surprenante révèle l’origine du capital qui permit son acquisition.

Elle se trouve sur le linteau de la maison Gorritia, sur la côté est de la rue principale, et son texte se complète par la transcription d’une curieuse coutume selon laquelle la première génération d’héritiers d’une maison ne pouvait s’en défaire sauf en cas de nécessité extrême.

La voie unique est coupée par la place du fronton et l’église Notre Dame. Datée des XVIe-XVIIe siècles, elle est entourée d’un cimetière qui nous dévoile l’art funéraire de cette époque. À l’image des localités voisines, Ainhoa est un centre de rencontre d’artisans qui offre en toute saison au visiteur l’opportunité de fouiner au milieu d’ateliers et de laboratoires colorés.

Les jours fériés, se garer dans la rue principale peut s’avérer une tache compliquée. Il existe un parking à l’arrière du village, sur le côté opposé à l’église, qui peut résoudre en partie ce problème de stationnement.

A partir de ce parking, si on lève les yeux vers la colline qui se dresse au dessus du village, vous apercevrez plusieurs croix blanche. C’est le Calvaire et aussi un mirador situé à 389 mètres d’altitude, auquel on peut accéder par une route jalonnée de 14 croix.

Il suffit de suivre les indications vers l’”oratoire”, la pente peut atteindre environ 15%.

Prés du calvaire se dresse l’ermitage de la vierge d’Ainhoa, auquel les habitants de la région se rendent en procession le lundi de la Pentecôte.

Avec ces mystérieuses stèles discoïdales parsemée ici et là, c’est pour beaucoup un balcon qui invite à faire une halte et à observer le cirque de Xareta et la vallée de l’Errobi (la nive) en compagnie de chevaux en moitié sauvage qui se repose au soleil.

VN:F [1.9.10_1130]
Note: 0.0/5 (0 votes exprimé(s))